Les contributions

Contribution n°159 (Web)

Anonyme
Déposée le 12 octobre 2022 à 21h23
Nous souhaitons préserver l'environnement afin de protéger la flore et la faune d'un site naturel.

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h23
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°158 (Web)

Anonyme
Déposée le 12 octobre 2022 à 21h21
Nous souhaitons préserver l'environnement afin de protéger la flore et la faune d'un site naturel.

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h23
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°157 (Web)

Par Fougère , yves
Déposée le 12 octobre 2022 à 20h11
Ce projet aurait dû faire l'objet d'études préalables . Il appartenait à l'APIJ d'envisager
d'autres solutions concernant la situation géographique. Au lieu de cela nous avons affaire à des exécutants d'une décision prise ailleurs . Les résultats de la précédente enquête publique
et l'avis défavorable de la commune sont ignorés. l La réunion du 3 octobre a montré que ce projet était rejeté.
-L'évaluation réalisée pour les milieux , la faune et la flore présents sur le site définit trois niveaux
d'enjeu : fort ,moyen ,faible . Le cabinet d'études dit utiliser une terminologie se rapportant à une échelle de référence en cours dans ces études. J'observe que cette terminologie employée pour les autres impacts de cette étude était déjà dénoncée par le commissaire enquêteur dans la précédente enquête.
-La zone dans son ensemble est jugée dégradée et peu diversifiée sur le plan écologique, le terme de friche est parfois utilisé pour signifier son faible intérêt. Cependant l'étude montre la présence de 100
espèces avérées ou potentielles dont 65 protégées au niveau national . Le bosquet est un milieu favorable à de nombreuses espèces. La prairie de fauche mésohygrophile présente est un habitat déterminant de ZNIEFF auquel est attribué un intérêt écologique régional (je note que cette prairie est entretenue par un agriculteur). La zone humide est présente bien qu'inférieure à 1000m2 ( 860m2 dont 300 potentiels). les impacts à distance dans le temps sur cette zone agricole d'intérêt majeur ne sont
pas anticipés ( dans l'immédiat 0,44 % de surface agricole en moins pour la commune).
Enfin de nombreux aménagements sont nécessités par ces impacts et ce projet doit faire l'objet d'une compensation d'une surface équivalente sur le territoire.
La précédente enquête avait montré aussi qu'il n'y avait aucune raison de modifier le PLU et que tous les
acteurs ne voulaient pas modifier le statut de la zone agricole.
Au total bien que le site soit considéré comme occupé en grande partie comme une friche d'intérêt
moyen ,il nécessitera de nombreux aménagements et fera l'objet d'une compensation. On ne voit pas très bien comment en particulier la prairie de fauche mésohygrophile pourra être compensée car l'entretien devra être assuré par un agriculteur et la construction de la prison n'améliorera pas la zone impactée.
Pour répéter le commissaire enquêteur ce dossier aurait dû être traité globalement :" le code de l'environnement(R122-5) énonce que l'obligation d'éviter les impacts nécessite la recherche de solutions alternatives, les mesures ERC doivent être envisagées dans cet ordre de priorité et en conséquence les mesures d'évitement sont d'abord recherchées.
Enfin l'argument de la surpopulation carcérale bien que pas le moins important n'est pas recevable
sans débat préalable ,ce qui n'est pas manifestement dans les habitudes de ce gouvernement.
Cette procédure Infiltrée à chaque étape d'une idéologie utilitariste à peine déguisée ne peut que disqualifier tous les arguments qui iraient contre ce projet et légitimer les décideurs seuls représentants
de l'intérêt général.

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h26
Le projet a fait l’objet d’une procédure de concertation publique préalable. La concertation publique préalable a permis de débattre de l’opportunité, des objectifs et des caractéristiques principales du projet. Le bilan du garant, désigné par la Commission nationale du débat public (CNDP), et la réponse de l’APIJ, sont joints sont joints au dossier soumis à la présente consultation.

Enfin, l’APIJ rappelle que le projet a été déclaré d’utilité publique par arrêté préfectoral. Un exposé des motifs et considération justifiant l’utilité publique du projet est annexé à l’arrêté de DUP, emportant mise en compatibilité des documents d'urbanisme (PLU/MEC) et intégré dans le dossier soumis à la présente consultation.

Concernant les espèces présentes sur le site, le dossier soumis à la présente PPVE présente l’état initial du site et développe les mesures proposées qui permettent d’éviter, de réduire ou de compenser les impacts sur les espèces protégées identifiées sur le périmètre de l’opération. Elles sont présentées en détail dans le dossier de dérogation à la stricte protection des espèces protégées (PIECE C) y compris pour le capricorne et les chauves-souris qui y sont bien identifiés. La démarche de l’APIJ s’inscrit pleinement dans le cadre de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages qui fixe pour objectif l’absence de perte nette, voire de gain de biodiversité.

Contribution n°156 (Web)

Par Alventosa Michel
Déposée le 12 octobre 2022 à 19h22
Cela servait à quoi ces créations de zones protégées, Natura 2000 et autres...? Tout le monde s'en moque.
Établissement carcéral, zone de stockage à hauts risques, LGV inutile, l'état piétine joyeusement les sanctuaires qu'il a lui lui-même créé.
Pathétique !!

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h26
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°155 (Web)

Anonyme
Déposée le 12 octobre 2022 à 18h31
Je suis défavorable à la construction d'une nouvelle maison d'arrêt sur un site naturel protégé

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h26
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°154 (Web)

Anonyme
Déposée le 12 octobre 2022 à 15h41
pourquoi autant d'indifférence vis à vis de la nature et des animaux qui sont victimes de la misère humaine pour du fric et un site sacrifié et des riverains soumis à la décision arbritraire d'un préfet un site magnifique avec des agriculteurs que se dévouent pour l'humanité à mes yeux c'est honteux !!!

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h27
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°153 (Web)

Anonyme
Déposée le 12 octobre 2022 à 13h53
Ce projet ne respecte en rien le droit des riverains et les conséquences écologiques. Non à une prison supplémentaire sur nos environs.

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h29
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°152 (Web)

Par Sanchez,Danielle
Déposée le 12 octobre 2022 à 13h41
Contre la dérogation à la protection de l'environnement.

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h29
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°151 (Web)

Par MIOTTO KARINE
Déposée le 12 octobre 2022 à 11h59
Le droit de vivre dans un environnement sain a été reconnu comme une liberté fondamentale par le Conseil d'Etat au mois de septembre, ce même droit déjà inscrit dans nos textes constitutionnels.
En juillet, c'est l'ONU qui déclare que le changement climatique et la dégradation de l'environnement sont parmi les menaces les plus pressantes pour l'avenir de l'humanité.
Le déclin du monde naturel est depuis longtemps en alerte et vous vous obstinez à appliquer une politique toujours plus dévastatrice au titre d'une utilité publique urgente!!!
Le choix d'un tel site pour cette 3ème prison est une aberration.
Zones humides, biodiversité, terres agricoles, espèces protégées, humanité : ces mots n'ont-ils donc aucun sens pour vous?
Revoyez votre copie et abandonnez ce projet désastreux

"Nous ne vivons pas, nous sommes conditionnés, endoctrinés, manipulés, pour n'être que des serviteurs d'un système" Pierre RABHI

P.S. : inutile de poster des réponses toutes faites, je les ai déjà lues

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h29
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Contribution n°150 (Web)

Anonyme
Déposée le 12 octobre 2022 à 11h43
Tuer du vivant pour enfermer des vivants !
L'homme court à sa perte

Réponses apportées

APIJ le 10 novembre 2022 à 18h30
Cette observation n'appelle pas de réponse.

Apportez votre contribution : Déposer une contribution